Abonnement aux flux: Articles | Comments

Lecture musicale – Marie-Hélène Lafon, Marianne Denicourt …

Commentaires fermés sur Lecture musicale – Marie-Hélène Lafon, Marianne Denicourt …

SPMHLMDSL

MARIE-HÉLÈNE LAFON,
MARIANNE DENICOURT,
SOPHIE PERRIMOND
& SILVIA LENZI

 

« Joseph » et « Nos vies » :
Deux romans de Marie-Hélène Lafon

 

lecture / lecture musicale
rencontre littéraire

 

le raffinement et la profondeur
de l’écriture de Marie-Hélène Lafon,
à travers ses deux derniers romans

 

l’association encres vives vous invite à cet évènement :

SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 / 20h30
Centre culturel Saint-Ayoul
10, rue du Général Delort 77160 Provins

Gratuit / Sur réservation (en envoyant un mail à) :
reservations@salondulivreprovins.fr

 

avec

MARIE-HÉLÈNE LAFON
écrivain
Prix Goncourt de la nouvelle 2016

MARIANNE DENICOURT
comédienne
César Meilleure actrice dans un second rôle 2015

SOPHIE PERRIMOND
comédienne

SILVIA LENZI
violoncelliste, violiste et guitariste

 

 

Première partie

 

Lecture – « JOSEPH »
éditions Buchet-Chastel, 2014
Quelques extraits du roman de Marie-Hélène Lafon,
lus par la comédienne Sophie Perrimond

 Joseph

 

Seconde partie

 

Lecture musicale – « NOS VIES »
éditions Buchet-Chastel, 2017
Quelques extraits du roman de Marie-Hélène Lafon,
lus par la comédienne Marianne Denicourt
et mis en musique par Silvia Lenzi

 Nosvies

 

Avec « Joseph », l’écrivain Marie-Hélène Lafon poursuit son exploration littéraire des campagnes et des hommes qui y vivent. Avec l’élégance qu’on lui connaît, dans une langue pure, elle s’attache à la vie de Joseph, ouvrier agricole dans le Cantal. Joseph au coeur gonflé d’un chagrin d’amour, au corps et à la mémoire écorchés par l’alcool, à la solitude poignante…

Avec « Nos vies », Marie-Hélène Lafon quitte les villages silencieux, les campagnes modestes et les fermes familiales désertées pour le supermarché Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Mais elle est toujours la narratrice discrète – sous le nom de Jeanne Santoine – regardant autour d’elle et ne manquant aucun détail du quotidien. Celui des « petites gens » et des solitaires.

Marie-Hélène Lafon est une tisseuse, une gourmande de mots, une tricoteuse de phrases. Elle est cette Jeanne Santoine qui n’oublie rien puis recompose pour nous, un microcosme qui commence à la caisse 4 du Franprix avant de s’ouvrir sur le monde entier.

Ces romans portent en eux une dimension sociale, politique, mais il s’en dégage aussi, et surtout, une émotion forte, ce qui n’est pas sans lien avec le raffinement et la profondeur de l’écriture de l’auteur.

Des deux derniers romans de Marie-Hélène Lafon, « Joseph » et « Nos vies », les comédiennes Marianne Denicourt et Sophie Perrimond donnent tour à tour, une lecture sensible et émouvante, que les pièces pour violoncelle et viole interprétées par Silvia Lenzi, viennent parfaitement ponctuer. Ces pièces sont issues du répertoire classique et contemporain (musiques d’Europe de l’est et chansons françaises).

À l’issue de ces lectures, un entretien permet au public d’échanger avec l’écrivain et les artistes.

 

 

MarieHeleneLafon

© Jean-Luc Paillé

Marie-Hélène Lafon – Née en 1962, Marie-Hélène Lafon est une enfant d’Aurillac et ce n’est pas anecdotique dans une œuvre qui commence avec « Le soir du chien », son premier roman paru aux éditions Buchet-Chastel (Prix Renaudot des lycéens 2001). Professeure agrégée de lettres classiques, elle se partage entre Paris et le Cantal, écrivant des fictions (romans et nouvelles) qui évoquent ce monde paysan où la solitude est une stratégie quotidienne. Elle a obtenu le Goncourt de la nouvelle en 2016 pour son recueil « Histoires » (éd. Buchet-Chastel).

À lire : Marie-Hélène Lafon, Le soir du chien : roman, Buchet-Chastel, 2001 / Liturgie : nouvelles, Buchet-Chastel, 2002 / Sur la photo : roman, Buchet-Chastel, 2003 / Mo : roman, Buchet-Chastel, 2005 / Organes : nouvelles, Buchet-Chastel, 2006 / Les derniers indiens : roman, Buchet-Chastel, 2008 / La maison Santoire, Bleu autour, 2008 / L’annonce : roman, Buchet-Chastel, 2009 / Gordana : nouvelle. du Chemin de fer, 2012 / Les pays : roman, Buchet-Chastel, 2012 / Album, Buchet-Chastel, 2012 / Traversée, Créaphis, 2013 / Joseph : roman, Buchet-Chastel, 2014 / Chantiers : roman, des Busclats, 2015 / Histoires : nouvelles, Buchet-Chastel, 2015 / Nos vies : roman, Buchet-Chastel, 2017 / Millet, pleins et déliés, Invenit, 2017 / Coupes, Créaphis, 2017.

 

 

MarianneDenicourt01Marianne Denicourt – Marianne Denicourt débute à l’écran dans « L’Argent » de Robert Bresson. Elle étudie le théâtre sous la direction de Patrice Chéreau à l’Ecole des Amandiers de Nanterre. Elle travaille avec Patrice Chéreau à trois occasions : à l’écran dans « Hôtel de France », sur scène dans « Platonov » et au Festival d’Avignon où elle incarne Ophélie dans « Hamlet ». Elle a tourné sous la direction de Jacques Doillon, Benoit Jacquot, Michel Deville, Claude Lelouch, Romain Goupil, Jacques Rivette (avec lequel elle a co-écrit le scénario de « Haut, Bas, Fragile » en 1995), Raoul Ruiz, Francis Girod, Patrick Timsit, Claude Lelouch… Parallèlement, elle continue de jouer au théâtre sous la direction de Luc Bondy, Louis-Do de Lencquesaing, Bernard Murat, Marc Paquien. Elle était le rôle-titre dans « Jeanne d’Arc au bûcher », l’opéra d’Arthur Honegger et Paul Claudel. Elle est aussi réalisatrice de deux documentaires : « Une maison à Kaboul » et « Nassima, Une vie confisquée ». Elle a joué récemment dans « Hippocrate » et « Médecin de campagne », deux films de Thomas Lilti.

À lire : Marianne Denicourt, Mauvais génie, Stock, 2005.

 

 

SophiePerrimondSophie Perrimond – Initiée à l’art dramatique par Lylian Joliot, elle se forme à la commedia dell arte avec Carlo Boso, qui l’engage sur « L’Épopée occitane ». Elle fonde ensuite la Compagnie des Roches au sein de laquelle elle interprète deux créations : « Toute une journée dans les bras d’un homme » de Dario Fo, et « Les Lettres à sa fille de Calamity Jane ». Elle joue également pour d’autres compagnies de théâtre, « Le Fou et la nonne » de Witkiewicz, « Deux contes » de Perrault, pour la télévision (« Qui sème le vent », « Caïn ») et dans des courts métrages et met en scène « Music hall », de J-L Lagarce. Parallèlement, elle se consacre à l’enseignement de l’art dramatique dans les lycées, au centre de formation des journalistes, et auprès d’amateurs.

 

 

SilviaLenziSilvia Lenzi – Après ses études de violoncelle en Italie, à Salzbourg puis à Moscou, elle commence sa carrière en Italie en jouant au sein de différentes formations telles que l’Orchestre de la RAI à Rome, l’Orchestre Toscanini à Parme, ou l’Opéra de Bologne, et comme violoncelliste du quatuor Nuovo Quartetto Artis. Installée à Paris depuis 1996, elle se partage entre le violoncelle moderne, le violoncelle baroque et la viole de gambe en interprétant les répertoires de toutes les époques en ensemble et en soliste. Avec l’ensemble Zellig, elle a joué dans de prestigieux festivals tels que le festival Présences à Radio-France, Musica à Strasbourg, Automne en Normandie, Festival d’Avignon, le GMEM à Marseille, les Semaines musicales de Quimper… En 1997, elle étudie la viole de gambe avec Philippe Foulon, puis joue régulièrement avec des ensembles de musique ancienne : le Lacrimae Consort, l’ensemble A Sei Voci, la Grande Ecurie et la Chambre du Roy, l’ensemble Les Jeunes solistes. Avec la viole de gambe, elle se produit également dans des programmes de musique contemporaine qui lui ont permis de chercher et de développer, de nouvelles techniques de jeu. Plusieurs compositeurs ont d’ailleurs écrit des œuvres pour viole de gambe qui lui sont dédiées (Philippe Fénelon, Bernard Cavanna). Elle est également membre d’un Trio classique, le Trio Fanny Hensel, où elle interprète régulièrement Schubert, Beethoven, Fauré… Elle s’engage souvent dans des spectacles musicaux où elle accompagne des textes littéraires ou poétiques. Avec le comédien Ivan Morane, elle joue dans « La chute » de Camus (adaptation scénique pour un comédien et une violoncelliste) et « Proust / Celine, une rencontre », joués à Paris au Theâtre des Déchargeurs et à Avignon au Théâtre du Chêne noir et au Théâtre Le Petit Louvre en 2013 et 2014. Son dernier projet en date : « Une vie… (mode d’emploi) », spectacle avec des chansons originales sur des textes d’Émile Brami, dont elle a écrit les musiques, et qui a été créé à Avignon en 2016 au Théâtre Le petit Louvre.

À écouter : Silvia Lenzi, Thierry Pécou « Poème du temps et de l’éther » (BMG Ricordi, 1995) / Ensemble Lachrimae Consort « Roncevaux : Echos d’une bataille » (Mandala / Harmonia Mundi, 1999) / Thierry Pécou – Ensemble Zellig « Une rose » (MDA, 2000) / Thierry Pécou – Ensemble Zellig, François Leleux « Laissez faire au voyage » (Intégral classic, 2003) / Thierry Pécou, Alexandre Tharaud, Ensemble Zellig « Outre-Mémoire » (æon, harmonia mundi, 2004) / Thierry Pécou, Ensemble Zellig « Temps IX jaguar » (Zellig-label, Integral Classic, 2005) / Thierry Pécou, Ensemble Zellig et Yaki Kandru, avec la participation de XVIII-21 Le Baroque Nomade, direction Jean-Christophe Frisch « Passeurs d’eau » (Zellig et Radio France, Integral Classic, 2007) / Thierry Pécou – Ensemble Zellig, Orchestre Philharmonique de Radio-France, François-Xavier Roth, Jonathan Stockhammer « Symphonie du Jaguar – Vague de Pierre » (Harmonia Mundi, 2010) / Ensemble Zellig « Jivaro’s works – L’Oiseau de Feu et autres transcriptions » (Anima records, 2016) / …

 

Lecture : « Joseph » / conception et montage des textes : Sophie Perrimond / coproduction : Encres vives – Sophie Perrimond.
Lecture musicale : « Nos vies » / conception et montage des textes : Nadine Eghels – choix des musiques : Silvia Lenzi / coproduction : Encres vives – Textes & Voix.